Siéger à un conseil d’administration d’un OSBL : les éléments à considérer

Publié le Publié dans Gestion d'associations et gouvernance

Gestion d’associations et gouvernance  |  Événementiel  |  Communication et marketing  |  Boîte à outils  |  Autre

 

administrateurs

 

Siéger à un conseil d’administration d’un OSBL :

les éléments à considérer

 

Par Mylène Des Becquets

 

Vous avez décidé de dire « oui » à un poste d’administrateur au sein d’un CA ? Après tout, il est flatteur de se faire offrir une telle responsabilité. En plus, cela pourrait être une bonne façon de partager vos expériences et peut-être même d’accroître vos compétences.

En vérité, agir à titre d’administrateur d’un OSBL est un excellent moyen de s’impliquer dans sa profession ou dans sa communauté et peut s’avérer être très valorisant autant professionnellement que personnellement. Mais… avant de vous mettre au service d’un conseil d’administration, vous devriez savoir ce que cela implique et prendre un moment de réflexion sur vos motivations et vos forces.


La responsabilité de l’administrateur au sein de l’OSBL

Au Québec, un organisme sans but lucratif (OSBL) est une personne morale, au même titre qu’une compagnie. Une des principales différences est que l’OSBL n’a pas de capital-actions. À défaut de capital-actions et d’actionnaires, l’OSBL est tout de même dirigé par un conseil d’administration formé d’au moins 3 administrateurs.


Plus spécifiquement :

Chacun des administrateurs assume individuellement une obligation fiduciaire envers l’OSBL. Cette obligation comporte 2 grands volets:

  • Le devoir de diligence, c’est-à-dire le devoir d’agir avec la compétence et la diligence dont ferait preuve, en pareilles circonstances, une personne prudente possédant un niveau de connaissance et d’expertise semblable.
  • Le devoir de loyauté, c’est-à-dire le devoir d’agir honnêtement, de bonne foi et au mieux des intérêts de l’organisme. 

Sachez que les administrateurs assument un rôle collectif en tant que membre du conseil, mais qu’ils assument également une responsabilité individuelle qui ne peut être déléguée.

  • L’administrateur est en droit de demander toutes les informations dont il a besoin pour s’acquitter de son obligation de diligence et de son obligation fiduciaire.
  • L’administrateur peut et doit développer les habitudes suivantes dans sa prise de décision:

– questionner
– faire valoir son point de vue, expliquer ses positions
– remettre en question
– au besoin, demander le vote

 

L’importance de s’interroger sur sa valeur ajouté

Au-delà de l’obligation fiduciaire, vous devrez déterminer si le conseil d’administration vous convient. Il sera alors important de tenir compte des attentes et des besoins de l’organisme. Il faudra évaluer vos motivations et vos forces afin de valider qu’il y a bel et bien un « fit » gagnant pour vous et l’OSBL.

Quelques questions à considérer :

  • Quels enjeux vous préoccupent dans votre collectivité ou votre profession?
  • Combien de temps pouvez-vous y consacrer?
  • Pourquoi voulez-vous siéger sur le conseil?
  • Est-ce que vos valeurs cadrent avec celle de l’organisme?
  • Qu’est-ce qui vous intéresse parmi les activités du conseil?
  • Avez-vous les compétences pour remplir votre rôle d’administrateur?

 

En terminant, voici des exemples de BONNES raisons de siéger à un conseil d’administration afin que votre implication rayonne au-delà d’un petit-déjeuner mensuel… À vous de trouver vos propres motivations !

  • faire avancer la mission à laquelle on croit;
  • avoir la satisfaction de donner son temps pour une cause;
  • élargir son réseau;
  • partager son expertise et son réseau
  • augmenter sa crédibilité;
  • acquérir de nouvelles expériences et compétences;
  • relever de nouveaux défis / sortir de sa zone de confort;
  • se valoriser.


Gardez en tête qu’être bénévole est un don de soi, un engagement à une cause. Si vous y mettez les efforts nécessaires, que vous respectez votre engagement avec diligence et que vous le faites pour les bonnes raisons, votre implication vous reviendra au centuple.

Sources :
Gouvernance des OSBL : Questions que les administrateurs devraient se poser, Comptable professionnel agrées canada
Gouvernement du Canada (http://www.cra-arc.gc.ca/tx/nnprft/menu-fra.html)

 

retour